Un petit pas en direction du champ unifié
Retour
...........................................................
Je dedique cet'article au Professeur Docteur Claudio Zak Dib
de l'Institute de Physique de la Université de São Paulo

...........................................................


.........................................................................................
Dans un article écrit il y a quelque temps sous le titre 'L´aurore d´une nouvelle aire – l´ant-igravité' et qui fait partie de mon site sur internet, je défends que toutes les forces que nous connaissons, sont en fait des forces de champ. Les forces de champ changent la forme de l´espace tridimensionnel, et il me semble que ce sont ces déformations qui causent les forces en question par le biais d´un processus de réciprocité. Il me reste encore beaucoup à écrire à ce sujet. Dans le présent article je prétends faire à peine un petit pas en direction de la théorie des champs unifiés. .........................................................................................
Selon la théorie einsteinienne, 'espace' s´écrit E(x,y,z,t. Autrement dit, vu que les trois coordonnées métriques X, Y, et Z, où t représente le 'temps'. .........................................................................................
Sans la moindre pitié de mes lecteurs, j´ai envie d´écrire E(X,Y,Z,t,T,G,E,H,N). Je parle des trois coordonnées métriques, du temps, de la température absolue, du champ de gravité, du champ électrique, du champ magnétique et du champ nucléaire. .........................................................................................
Je ne sens pas la moindre pitié, car la matière n´est pas limité à ces neuf coordonnées. Il y en a bien davantage, mais on n´en parlera pas maintenant. .........................................................................................
Jetons-y toutefois un rapide coup d´œil. .........................................................................................
Abstraction faite des quatre coordonnées largement connues et, comme je le suggère dans des articles plus anciens, la matière, telle que nous la connaissons, se situe dans une fourchette de températures absolues positives. Nous pouvons nous approcher de zéro autant que nous le désirons. Les températures négatives sont toutefois une question d´antimatière. .........................................................................................
Je défends le point de vue que température n´est pas seulement une unité de mesure qui exprime l´énergie de la matière, mais aussi une nouvelle coordonnée. .........................................................................................
L´objectif du présent article est de suggérer que les coordonnées de la matière -- non seulement les coordonnées de notre espace tridimensionnel – sont, d´une manière ou d´une autre, liées entre elles. Il n´y n'a aucun doute que l´hyperespace connaît des limites dans lesquelles la matière, telle que nous la connaissons, est confinée. .........................................................................................
Parlons un peu de températures absolues. Nous ne nous sentons pas encore bien à l´aise quand il s´ agit de notions qui se rapportent au temps. Les dimensions temporelles, c´est à dire chroniques, sont toujours très abstraites, et nous persistons dans l´illusion que temps absolu est une chose réelle, comme le coup de baguette du chef d´orchestre. Il n´en est pas bien ainsi. Si nous réfléchissions bien, nous arriverions à la conclusion que, à mesure que la température absolue s´approche de zéro, le temps passe plus lentement par rapport à notre perception du temps. Il est prouvé scientifiquement et nous avons commencé à accepter que le mouvement de l´horloge relativiste bat à une cadence différente de la nôtre. Imaginons un embryon congelé. Les biologistes diront que plus qu´il se trouve près du zéro absolu, mieux il se conservera.
Cher ami, cela revient à dire que, pour l´embryon en question, le temps s´écoule plus lentement. Vu sous ce nouvel angle, la durée de conservation par congélation ne devrait guère se mesurer au moyen de nos horloges conventionnelles.
Le Brésil vient d´approuver une loi qui permet l´abandon d´embryons congelés considérés 'vieux'. Bien que ce soit pour une bonne cause, je me sens mal à l´aise de voir un pays approuver le sacrifice d´embryons humains dans le cadre de recherches sur les cellules souches, alors qu´il impose de sérieuses restrictions à l´utilisation d´animaux pour des expériences scientifiques.
Nos descendants iront qualifier ces lois d´obscurantisme et de barbarie.
.........................................................................................

Le concept du temps passe avant les valeurs morales. .........................................................................................
Les équations de Maxwell démontrent bien les rapports entre le champ électrique et le champ magnétique et il ne sera donc pas nécessaire de les répéter ici. La seule observation importante que nous ferons ici porte sur la nécessité de faire une petite modification à une des équations de Maxwell (la loi de Faraday) afin d´accepter la radiation électromagnétique de l´antimatière. Il s´agit d´un simple signal. Le sujet est abordé brièvement dans 'Belumière', un de mes articles que vous trouverez sur mon site. On pourrait encore parler longuement à ce sujet, notamment en ce qui concerne le sens du flux d´énergie, la thermodynamique, la conservation de l´énergie etc. Signalons encore que les radiations électromagnétiques de l´antimatière, même celles se situant en dehors de la catégorie 'belumière' (anti-lumière), suivent les mêmes règles que la belumière. .........................................................................................
J´ai suivi les cours de mécanique d´une école réputée la meilleure de l´Amérique Latine. Un jour, mes collègues et mois discutions avec notre professeur de physique. Je défendais le point de vue que ces histoires d´OVNI étaient absolument ridicules. J´étais sur le point d´essayer d´expliquer quelques équations que j´avais déjà appris, afin de mettre en évidence qu´il était impossible que les OVNI se déplacent de la façon qu´on croyait. .........................................................................................
Notre professeur, sans aucun doute un grand maître, répondait flegmatiquement 'impossible sur la base de la physique que vous connaissez !'
.........................................................................................

Ces paroles de la part de mon professeur pour lequel j´avais une grande admiration m´ont touché profondément. J´y ai longuement réfléchi, car la lesson que je venais de recevoir c´est avérée la plus importante de toute ma vie : maintiens toujours ton esprit ouvert à l´inconnu. Il peut y avoir des choses que je ne connais pas. Seule l´ouverture de l´esprit nous permet d´acquérir du savoir ; tout le reste se résume à l´ignorance et à l´intolérance. .........................................................................................
En science, c´est l´expérience qui a le dernier mot. Tout ce qui est prouvé par des expériences doit être pris en considération. Et quand cela ne correspond pas à nos convictions, il faut que nous mettions nos convictions à jour. .........................................................................................
Dans le présent article, je considère également que les déformations des champs de force (dans l´hyperespace) connaissent des limites. Il existe des rapports succincts et de crédibilité médiocre qui parlent d´anomalies au niveau des champs de gravité observées au cours d´expériences à très basse température et/ou en présence de champs magnétiques très intenses. Je crois que des recherches plus sérieuses à ce sujet en valent la peine, et je suis persuadé de ce qu´on découvrira les limites du possible dans notre espace tridimensionnel. (encore des limites).
Je recommande vivement que l´effet Meissner ainsi que les aberrations du comportement de l´hélium liquide soient examinés de plus près, cette fois-ci à la lumière des hypothèses récentes concernant l´hyperespace.
.........................................................................................

Des petites aberrations peuvent ouvrir de nouveaux horizons à la science.
Si un jour on pouvait observer que les forces de champs (électromagnétique et gravitationnelles), on aura atteint le niveau de connaissance qui nous permettra de construire des véhicules permettant des déplacements terrestres ainsi que des voyages dans l´espace, similaires à ceux que nous appelons OVNI .
.........................................................................................

Ici j´aimerais bien m´écarter un peu du sujet principal et parler des trous noirs. Apparemment, la loi universelle de la gravité telle que nous la connaissons ne se maintient guère valable dans le cas des trous noirs. Si c´était le cas, les trous noirs ne seraient pas capables « d´avaler » les étoiles qui se trouvent à proximité. Ces étoiles resteraient soit sur leurs orbites elliptiques ou circulaires comme les planètes du système solaire, ou se maintiendraient sur des orbites déformés, comme nos comètes. Au moment de s´approcher d´un trou noir, leur vitesse augmenterait à tel point que l´inertie ne permettrait pas qu´elles « tombent » dans le trou noir. Supposons maintenant que, à partir de certaines limites, la déformation dans l´hyperespace obéisse à d´autre règles (équations). Les Lois de la Gravité telles que nous les connaissons ne seraient plus valables. Il serait ainsi possible que des étoiles et constellations entières soient engloutis. Cela serait la seule possibilité. .........................................................................................
L´augmentation de la déformation de l´hyperespace provoquée par le champ de gravitation peut atteindre de telles limites que la gravité du trou noir n´est plus proportionnel à sa masse. Dans de telles conditions de saturation, nous pouvons penser à une déstabilisation du trou noir, voire même à l´explosion d´ une supernova, ce qui serait la mort du trou noir. .........................................................................................
La théorie de la relativité trouve son origine dans une aberration portant sur la vitesse de la lumière. Dès le début des mesurages, on a constaté que la vitesse de la lumière n´obéit pas aux lois du mouvement établies par Galilée. La vitesse de la lumière s´avérait constante, ce qui a amené le génie Einstein à la conclusion que la vitesse de la lumière est la vitesse la plus élevée possible : la vitesse extrême. .........................................................................................
Puis-je vous poser une question ?
.........................................................................................

La vitesse de la lumière peut-elle constituer une limite à notre espace tridimensionnel qui contient la matière telle que nous la connaissons ?
Cette limite n´est elle pas à peine la première parmi d´autres qui doivent encore être étudiées et précisées à travers de nouvelles formules mathématiques ?
.........................................................................................

Einstein n´a eu besoin de rien de plus qu´une simple équation algébrique pour décrire la théorie de la relativité restreinte.
Il se peut que nous n´avons guère à nous attendre à une complexité mathématique majeure. olva uma grande complexidade matemática.
.........................................................................................

En ce qui concerne les forces nucléaires, nous devons admettre que nous ne sommes pas encore sortis du jardin d´enfants. Les forces nucléaires sont les forces les plus intenses jamais connues, appelées interactions fortes. De notre point de vue, elles peuvent constituer la cause principale de la déformation de notre espace tridimensionnel, et avoir comme caractéristique complémentaire le fait d´être de courte portée.
Malheureusement – comme je le dis dans un article que j´avais écrit pour la 'Royal Society' – le savoir qui touche à la physique nucléaire est entré dans le domaine militaire, et donc hautement confidentiel. En conséquence, la physique nucléaire n´a progressé que très peu au cours des derniers cinquante ans. Vu que tous les grands hommes de science qui s´étaient dédiés à ce sujet ont pris de l´âge ou sont décédés. On a pu observer au cours des dernières années une ouverture qui permet aux jeunes chercheurs de prendre un aperçu en la matière et, qui sait, sont appelés à devenir des nouveaux spécialistes en physique nucléaire.
.........................................................................................

Dans des livres publiés avant 1950 on peut trouver deux concepts qui semblent avoir été oubliés depuis : la réaction en chaine et la masse critique. .........................................................................................
La fission est la division du noyau d´un atome en deux parties différentes. Le noyau d´hydrogène, composé d´un seul proton, qui ne nécessite aucun neutron pour être stable.
L´uranium 238 possède 92 protons et 146 neutrons. Cela représente quasiment 1,6 neutron pour chaque proton. Un noyau avec un nombre supérieur de protons a besoin de plus de neutrons pour assurer sa stabilité. Le noyau d´hélium possède deux protons et deux neutrons. Le rapport est d´un à un.
Quand un noyau lourd se divise, les noyaux qui en résultent auront normalement besoin de moins de neutrons. Autrement dit, il peut y avoir un excès de neutrons. Mieux encore, il se peut que ces neutrons excédents soient captés par d´autres noyaux et déstabilisés, ce qui donnera lieu à une nouvelle division. C´est un procès statistique. Lorsque la fission d´un noyau est suivie par plusieurs autres fissions, nous avons ce que nous appelons une réaction en chaîne.
.........................................................................................

Sous quelles conditions les neutrons libérés sont-ils utilisables pour des nouvelles fissions ? Cela dépendra de la masse (quantité) de matière fissible. Afin de simplifier, voire pour faciliter les calculs et les simulations qui peuvent s´avérer nécessaires, nous allons imaginer une masse fissile de forme sphérique. Si cette sphère est petite, les neutrons peuvent s´échapper et une partie importante peut se perdre dans l´environnement.
Du point de vue statistique, si et quand une fission donne lieu à une nouvelle fission, nous pouvons dire que la sphère a une masse critique.
.........................................................................................

Au niveau des réacteurs nucléaires utilisés pour la génération d´énergie, nous essayons de maintenir la condition de masse critique. Pour limiter le nombre de fissions à une seule, il existe de nombreux moyens. Les décrire ici serait trop long. Dans le cas où le réacteur produisait plus d´une fission à chaque division, la situation sera celle appelée supercritique.
Le réacteur explosera!
Les ogives nucléaires fonctionnent ainsi : deux moitiés sous-critiques sont maintenues séparées. Elles ´s unissent au moment de la détonation et l´explosion nucléaire se produit.
Toutes ces informations se trouvent dans des livres publiés avant 1960. De nos jours, mis à part ce connaissement, aucune grande découverte n´est vue comme grand secret.
.........................................................................................

Dans son livre "A Física dos Explosivos Nucleares – 2008", Dalton E. G. Barraso, chercheur auprès du "Centro Tecnológico do Exército (CTEx)" (Centre de technologie de l´armée brésilienne) publie quelques informations qui étaient restées cachées pendant plus d´un demi-siècle. La révélation qui m´a le plus choqué est l´affirmation que la matière exposée à une pression très forte, disons au delà de 50.000 bar, se comporte comme un liquide compressible. .........................................................................................
Cette connaissance a été utilisée pour construire des bombes plus petites. La compression de matière fissile diminue la valeur de la masse critique. Il y a une interaction plus forte entre les noyaux plus proches les uns des autres, et il faudra plus de masse pour provoquer une explosion.
C´est assez logique.
D´autres sources indiquent également que la masse critique du plutonium est de l´ordre de 10 kg.
Les américains ont fabriqué des mallettes contenant une bombe atomique. Alors, si la masse critique du plutonium est de l´ordre de 10 kg (l´uranium est bien plus lourd), il ne rentrera pas dans une mallette en même temps que les dispositifs de protection et de mise à feu. Il doit donc y avoir moyen d´exploser une masse de plutonium bien plus petite. Il est vrai que des produits chimiques hautement explosifs sont utilisés pour comprimer le plutonium à un point où il atteint l´état de masse critique.
.........................................................................................

Cette information est d´une importance capitale dans tous les domaines de la physique. .........................................................................................
Observons notre planète Terre. Si on y creusait un trou en direction de son centre, on arriverait très vite à un point où règnent de telles conditions de pression. Le bar représente la pression d´une colonne d´eau d´environ 10 m de hauteur (pression atmosphérique). Supposant un liquide ayant une densité de 2,5, donc égale à la densité de l´écorce terrestre, une colonne de 4 m serait suffisante. A 200 km de profondeur, toujours dans l´écorce, la pression serait de 50.000 bar. Le diamètre de la Terre est supérieur à 10.000 km. .........................................................................................
Conclusion cher ami : le magma à l´intérieur du globe est comprimé !
.........................................................................................

Adoptant exactement le même raisonnement qui permit de mettre une bombe atomique dans une mallette, nous pouvons imaginer que des réactions nucléaires se produisent à l´intérieur de notre planète. Cela expliquerait le fait que la Terre est plus ou moins une grosse boule de feu. Si nous comparons la Terre à un œuf, l´écorce terrestre représente la coquille, et tous se qui se trouve à l´intérieur est « du feu » !
.........................................................................................

J´ai écrit de nombreuses fois que nous faisons des guerres pour obtenir de l´énergie, alors que nous sommes assis sur une boule de feu ! Cette découverte n´est pas la mienne. Au début du dernier siècle, Nicolas Tesla préconisait l´utilisation de l´énergie géothermique pour gérer de l´énergie électrique au coût pratiquement nul. Je sais cela depuis de nombreuses années, mais j´ai toujours eu peur de le publier à cause des énormes intérêts économiques en jeu. Il est tout de même vrai que le pétrole est la matière première qui fait le plus tourner le commerce mondial. .........................................................................................
Me basant sur d´autres considérations théoriques qui ne sont pas traitées dans le présent article, je me suis déjà imaginé la Terre comme un gigantesque réacteur nucléaire...
.........................................................................................

Je me souviens que, il y a environ dix ans, lorsque je travaillais à l´Instituto de Química de l´Universidade de São Paulo comme chercheur invité, j´ai dit au professeur titulaire Dr. Gilberto O. Chierice, que l´humanité dispose d´une énorme source d´énergie bon marchée générée par un gigantesque réacteur nucléaire directement en-dessous de nos pieds. Il m´a regardé longuement, d´un air interrogateur, mais sans le moindre doute de ce que je parlais sérieusement. .........................................................................................
.

Retour